Eyes on the road

Comments

Tous responsables

Comments

Téléphone au volant


Comments

1 ha brûlé et non pas 1000 m2

DOC190314
Dauphiné Libéré du 19 mars 2014

Comments

Feu de broussailles à Albiez

La blagounette du jour :
« Votez pour moi, je vais faire des étincelles ! » Winking

DOC180314
Dauphiné Libéré du 18 mars 2014 Lire la suite...
Comments

Les photos du soir

En passant... et si on roulait à droite, dans les « épingles », ça ne serait pas plus pratique ? Happy

P5271821

P5271822

Comments

La menace du garde champêtre pas très efficace ?

En décembre 2008 le maire informait son conseil municipal d’un retour possible du… roulement de tambour... garde champêtre, en raison de vols de bois.

Pas de doute, ça a fait peur, dis donc ! Un peu jaune mais « LOL! », comme on dit aujourd’hui quand on est djeun et/ou à la mode.
Comments

Lampe UV et ouï-dire

Une lampe UV cassée serait (ouï-dire) à l’origine de la contamination de l’eau du robinet fin juin dernier.

Une fois le matériel de traitement réparé, la qualité de l’eau du robinet est de nouveau conforme à la règlementation. Du robinet… parce qu’aux captages la présence de matière fécale semble confirmée par les dernières analyses. Et jusqu’à la prochaine avarie.

Finalement le traitement aux UV est-il un moyen de ne pas trop se préoccuper de la qualité de l’approvisionnement “brut” ? Que dit la rumeur sur le sujet ? Je ne sais pas.

Ouï-dire ? Rumeur ? Hé oui ! Ça n’est pas très fiable tout ça. Mais comment faire autrement en l’absence d’information à la population ? Même le court message postal prévenant d’une eau contaminée n’a pas été suivi d’une quelque autre information.

Quant à la question plus générale de la rumeur, de ses “mécanismes” et de sa propagation, prévoyez un prochain billet bien plus argumenté sur ce qui ressemble à un sport local...
Comments

À qui dit-on merci ?

On dit merci aux touristes ! Laugh

IMG_0076

En effet, grâce à eux, et probablement parce qu’il faut bien que la commune soit à peu près présentable, les bords des routes ont enfin été fauchés fin juin - début juillet. La sécurité routière dans la commune est donc grandement améliorée en ce début de vacances estivales. Plus tôt ça n’était pas nécessaire évidemment...
Comments

Un message postal mais pas d'affichage officiel

Quand cela m’a été rapporté je n’ai pas voulu le croire. Et pourtant si… Cette fois, comme indiqué dans le précédent billet du blog, une pollution (qualifiée de “mineure” ) de l’eau de consommation humaine a fait l’objet d’un message lapidaire dans les boîtes aux lettres mais, en revanche, les analyses correspondantes n’ont pas été placées à l’affichage officiel, comme la loi l’exige. Nous attendrons donc un peu avant de “gober” le qualificatif de “mineure” puisqu’il s’agit bien de la n-ième pollution de notre réseau d’eau théoriquement potable.

IMG_0080

IMG_0081
Comments

Pollution "mineure"

Distribué aujourd’hui par le facteur : pollution « mineure » … C’est beaucoup mieux que rien.
Encore un petit effort et ça ressemblera peut-être à une information à des administrés majeurs…

Scan-120630-0001
Comments

Surtout ne pas gâcher la fête

et les vacances d’été.

Donc à la découverte d’une eau de consommation humaine contaminée par de la matière fécale (analyse d’un prélèvement au chef-lieu du 20 juin dernier), surtout ne rien faire. Pas d’information à la population pour qu’elle prenne les précautions qui s’imposent, pas de mesures particulières pour rechercher et supprimer la source de la contamination et pas de nouvelles analyses rapides.

Un nouveau système de traitement de l’eau par UV serait prétendument installé au réservoir principal et en fonctionnement. Mais pour quelle efficacité ?

BRAVO ! Sad
Comments

Le cas de Walkerton au Canada

À lire, voir et écouter ici notamment :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/actualite/walkerton/
http://archives.radio-canada.ca/sante/sante_publique/dossiers/1670/

Dépister la contamination pour éviter une catastrophe
En dépit de ces efforts prometteurs pour nous débarrasser de E. coli, d'autres recherches seront nécessaires avant qu'un produit efficace fasse son apparition sur le marché. Dans l'intervalle, la bactérie continue de proliférer et elle pourrait contaminer nos réserves d'aliments et d'eau. Lors des événements tragiques de Walkerton, les habitants d'une ville entière ont bu de l'eau insalubre plusieurs jours durant avant d'être prévenus du danger. Il était trop tard. Les exemples de ce genre illustrent bien qu'il faut dépister rapidement toute contamination de l'eau afin de
mettre la population à l'abri.
Sources : Conseil national de recherches Canada
Comments

Importance de la présence d'E. coli dans l'eau potable

« Conjuguée à sa brève survie dans les environnements aqueux, l'incapacité d'E. coli de se reproduire dans l'eau signifie que sa détection dans un réseau de distribution d'eau constitue un bon indicateur de contamination fécale récente.
[...]
Comme mentionné ci-dessus, les indicateurs de contamination fécale comme E. coli sont de bons indicateurs de la présence d'agents pathogènes transmis par les matières fécales. D'autres maladies d'origine hydrique sont causées par des agents pathogènes qui ne sont pas transmis par la voie fécale-orale et dont la présence n'est pas révélée par la détection d'indicateurs fécaux. On ne connaît pas d'indicateurs de ces agents pathogènes. Une approche à barrières multiples permettra de réduire au minimum leur incidence.
Il faut souligner qu'aucune analyse bactériologique ne peut remplacer une connaissance approfondie de la qualité de l'eau à la source d'approvisionnement, pendant le traitement et dans l'ensemble du réseau de distribution. La contamination est souvent intermittente et peut ne pas être décelée par l'analyse d'un seul échantillon. Une analyse bactériologique de l'eau peut tout au plus démontrer qu'au moment de l'examen, des bactéries indicatrices de pollution fécale se sont reproduites ou non dans les conditions de laboratoire à partir de l'échantillon d'eau analysé. Par conséquent,
si une inspection sanitaire révèle qu'une source d'approvisionnement non traitée est contaminée par des matières fécales, que l'eau traitée est vulnérable à la contamination par des matières fécales durant l'entreposage ou la distribution, ou que l'eau n'est pas suffisamment traitée, il faut considérer que l'eau est impropre à la consommation, quels que soient les résultats de l'analyse bactériologique. »

Sources : Santé Canada
Comments

Pollution de l'eau : quelles suites ?

21 escherichia coli pour 100 mL d’eau de consommation humaine (l’eau du robinet), tel est donc le résultat de la dernière analyse d’eau (dont nous avons eu connaissance) pour un prélèvement au chef-lieu de la commune d’Albiez le Jeune. La norme française est de... 0. La présence de ces bactéries est révélatrice d’une pollution (cf. infra). La commune a-t-elle reçu une alerte à la suite de l'édition de ces résultats par le laboratoire ? L’ARS est-elle informée de la situation ? Quelles suites les responsables communaux donnent-ils à cette pollution ? De nouvelles analyses ont-elles été effectuées ? Il n’est pas dit que la récente période de pluies relativement abondantes ait amélioré la situation, bien au contraire. Comment le savoir ? Faut-il attendre un « accident » ? Quelle est l’efficacité du nouveau système de traitement de l’eau par les UV ? Faut-il, une nouvelle fois, aller à une pêche aux informations souvent évasives sur un sujet aussi important ? Les élus ne pourraient-ils pas aller au devant de la population pour délivrer informations et explications par les différents moyens de communication potentiellement disponibles, tels que les points d’affichage dans les hameaux, des bulletins municipaux, un site Web (?), des réunions publiques... ?
Comments

Halte au Stop !

“Le Maire expose la difficulté à faire respecter la règle de priorité au niveau du « Stop » du carrefour de la route de la Ville et de la route départementale 80. Il expose qu’il serait opportun de réduire la vitesse sur la route départementale, et propose qu’un essai soit fait en implantant un « Céder le passage » dans ce carrefour sur la route départementale dans le sens Albiez Montrond Villargondran.” (sources : COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU SAMEDI 16 AVRIL 2011)

Le Maire aurait donc moins de difficulté à faire respecter un « Céder le passage »... Allons voir, comme dit un célèbre journaliste de Canal. Ha ! Mais ! Le Stop est toujours là. Le résultat de l’« essai » sera donc pour plus tard. Happy
Au fait... les « ralentisseurs »... à quoi servent-ils ? Ha mais oui ! Avec un « Céder le passage » on va vraiment ralentir... Au fait encore, 30 km/h maxi au chef lieu... mais dans les hameaux... on peut se « lâcher » ? Sad
Comments

La Toile n'est pas sans danger non plus

Je pensais avoir réussi à mettre la main sur le site Web de la commune... mais non. Laugh



Au fait, c’est pour quand ce site Web communal Monsieur le premier adjoint
(et Monsieur le vice-président de la commission des finances) ? Winking
Comments

Tique et tac

À la suite de mon précédent billet “photographique” sur le monstre qui hante nos campagnes, je me suis rappelé qu’en octobre 2008 le maire s’était inquiété des risques de « transmission d’IST (infections sexuellement transmissibles) » (sic) à Albiez le Jeune et avait proposé à son conseil municipal l’installation d’un distributeur de préservatifs, proposition restée sans suite. C’était dans le cadre d’une réflexion sur l’installation d’un défibrillateur « en libre service », réflexion elle-même lancée sans jamais être rattrapée. La commune ne pourrait-elle pas, pour rentabiliser l’opération, si l’obstacle à la mise en œuvre de ces idées louables est d’ordre financier, en profiter pour proposer un distributeur de pinces à tique car la menace est bien réelle, comme en témoigne cette vidéo que je suis récemment parvenu à tourner dans des conditions difficiles qui expliquent sa médiocre qualité...



Addendum : On me souffle que des pièges à campagnols terrestres pourraient être ajoutés au distributeur.

Comments

Les gestes de premiers secours

À la suite de son accident cardiaque le député de la Savoie Michel Bouvard apporte dans l’édito de son site Web un témoignage sur l’importance de l’apprentissage des gestes de premiers secours qui, explique-t-il, ont contribué pour une large part à lui sauver la vie.

Albiez le Jeune n’est pas Chambéry et, outre la nécessité d’une formation à des gestes « de base », d’autres moyens peuvent s’avérer vitaux en certaines circonstances compte-tenu de la distance que les secours ont à parcourir pour parvenir jusqu’à notre commune. En octobre 2008 le maire parlait pour la seconde fois consécutive en séance du conseil de l’« acquisition d’un défibrillateur » (titre de la partie du compte-rendu à ce sujet). Je vous laisse vous reporter à mon billet de l’époque. Quelles ont été les suites ? Aucune décision, positive ou négative, n’a été prise sur ce sujet depuis lors. Comme pour d’autres sujets, il n’en a même plus été question.
Comments

Prudence au volant !

Du fait des températures relativement basses, les routes d’Albiez le Jeune, comme en de nombreux autres lieux en ce moment, sont particulièrement dangereuses. Il est donc recommandé de rouler à une allure très réduite et, remède préventif efficace contre la tôle froissée et le port de minerve, maintenir plus que jamais une distance de sécurité très majorée avec les véhicules qui précèdent, et cela d’autant plus lorsqu’on est au volant d’un véhicule lourd... Ce sont d’ailleurs des comportements de bon sens qui devraient être appliqués en toute saison. Et, en dehors de ces périodes hivernales qui nécessitent des comportements routiers encore plus modérés, pourquoi chacun ne s’appliquerait-il pas spontanément (c’est à dire sans panneau supplémentaire) une généralisation de la limitation de vitesse à 30 km/h (chef-lieu) aux traversées des hameaux où l’on voit trop souvent des véhicules rouler à vive allure ?
Comments

Bientôt un retour du garde champêtre ?

C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre le maire à la fin de la dernière réunion du conseil municipal en annonçant qu’il pourrait prendre un arrêté dans ce sens, expliquant qu’il avait été alerté par un propriétaire foncier au sujet de vols de bois qui auraient eu lieu sur le territoire communal.

Rappelons simplement que le maire a lui-même des pouvoirs de police s’il souhaite en faire usage...
Comments

IST

Le conseil municipal est préoccupé par la transmission des « infections sexuellement transmissibles » à Albiez le Jeune... Lire la suite...
Comments