Eau de consommation humaine

Relève des compteurs d'eau

P7111870

Comments

Emploi d'été pour relève de compteurs

IMG_0494

Comments

Transfert de compétence

IMG_0477


Est-ce que le citoyen lambda ne pourrait pas en savoir un peu plus sur les tenants et les aboutissants de ce fameux transfert de compétences en matière de fourniture d’eau de consommation humaine ?

Comments

Les photos du jour

Une fuite ? Sad
P6213094

Plus de fuite ! Happy
P6213097

Comments

Lampe UV et ouï-dire

Une lampe UV cassée serait (ouï-dire) à l’origine de la contamination de l’eau du robinet fin juin dernier.

Une fois le matériel de traitement réparé, la qualité de l’eau du robinet est de nouveau conforme à la règlementation. Du robinet… parce qu’aux captages la présence de matière fécale semble confirmée par les dernières analyses. Et jusqu’à la prochaine avarie.

Finalement le traitement aux UV est-il un moyen de ne pas trop se préoccuper de la qualité de l’approvisionnement “brut” ? Que dit la rumeur sur le sujet ? Je ne sais pas.

Ouï-dire ? Rumeur ? Hé oui ! Ça n’est pas très fiable tout ça. Mais comment faire autrement en l’absence d’information à la population ? Même le court message postal prévenant d’une eau contaminée n’a pas été suivi d’une quelque autre information.

Quant à la question plus générale de la rumeur, de ses “mécanismes” et de sa propagation, prévoyez un prochain billet bien plus argumenté sur ce qui ressemble à un sport local...
Comments

Un message postal mais pas d'affichage officiel

Quand cela m’a été rapporté je n’ai pas voulu le croire. Et pourtant si… Cette fois, comme indiqué dans le précédent billet du blog, une pollution (qualifiée de “mineure” ) de l’eau de consommation humaine a fait l’objet d’un message lapidaire dans les boîtes aux lettres mais, en revanche, les analyses correspondantes n’ont pas été placées à l’affichage officiel, comme la loi l’exige. Nous attendrons donc un peu avant de “gober” le qualificatif de “mineure” puisqu’il s’agit bien de la n-ième pollution de notre réseau d’eau théoriquement potable.

IMG_0080

IMG_0081
Comments

Pollution "mineure"

Distribué aujourd’hui par le facteur : pollution « mineure » … C’est beaucoup mieux que rien.
Encore un petit effort et ça ressemblera peut-être à une information à des administrés majeurs…

Scan-120630-0001
Comments

Surtout ne pas gâcher la fête

et les vacances d’été.

Donc à la découverte d’une eau de consommation humaine contaminée par de la matière fécale (analyse d’un prélèvement au chef-lieu du 20 juin dernier), surtout ne rien faire. Pas d’information à la population pour qu’elle prenne les précautions qui s’imposent, pas de mesures particulières pour rechercher et supprimer la source de la contamination et pas de nouvelles analyses rapides.

Un nouveau système de traitement de l’eau par UV serait prétendument installé au réservoir principal et en fonctionnement. Mais pour quelle efficacité ?

BRAVO ! Sad
Comments

Le cas de Walkerton au Canada

À lire, voir et écouter ici notamment :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/actualite/walkerton/
http://archives.radio-canada.ca/sante/sante_publique/dossiers/1670/

Dépister la contamination pour éviter une catastrophe
En dépit de ces efforts prometteurs pour nous débarrasser de E. coli, d'autres recherches seront nécessaires avant qu'un produit efficace fasse son apparition sur le marché. Dans l'intervalle, la bactérie continue de proliférer et elle pourrait contaminer nos réserves d'aliments et d'eau. Lors des événements tragiques de Walkerton, les habitants d'une ville entière ont bu de l'eau insalubre plusieurs jours durant avant d'être prévenus du danger. Il était trop tard. Les exemples de ce genre illustrent bien qu'il faut dépister rapidement toute contamination de l'eau afin de
mettre la population à l'abri.
Sources : Conseil national de recherches Canada
Comments

Importance de la présence d'E. coli dans l'eau potable

« Conjuguée à sa brève survie dans les environnements aqueux, l'incapacité d'E. coli de se reproduire dans l'eau signifie que sa détection dans un réseau de distribution d'eau constitue un bon indicateur de contamination fécale récente.
[...]
Comme mentionné ci-dessus, les indicateurs de contamination fécale comme E. coli sont de bons indicateurs de la présence d'agents pathogènes transmis par les matières fécales. D'autres maladies d'origine hydrique sont causées par des agents pathogènes qui ne sont pas transmis par la voie fécale-orale et dont la présence n'est pas révélée par la détection d'indicateurs fécaux. On ne connaît pas d'indicateurs de ces agents pathogènes. Une approche à barrières multiples permettra de réduire au minimum leur incidence.
Il faut souligner qu'aucune analyse bactériologique ne peut remplacer une connaissance approfondie de la qualité de l'eau à la source d'approvisionnement, pendant le traitement et dans l'ensemble du réseau de distribution. La contamination est souvent intermittente et peut ne pas être décelée par l'analyse d'un seul échantillon. Une analyse bactériologique de l'eau peut tout au plus démontrer qu'au moment de l'examen, des bactéries indicatrices de pollution fécale se sont reproduites ou non dans les conditions de laboratoire à partir de l'échantillon d'eau analysé. Par conséquent,
si une inspection sanitaire révèle qu'une source d'approvisionnement non traitée est contaminée par des matières fécales, que l'eau traitée est vulnérable à la contamination par des matières fécales durant l'entreposage ou la distribution, ou que l'eau n'est pas suffisamment traitée, il faut considérer que l'eau est impropre à la consommation, quels que soient les résultats de l'analyse bactériologique. »

Sources : Santé Canada
Comments

Pollution de l'eau : quelles suites ?

21 escherichia coli pour 100 mL d’eau de consommation humaine (l’eau du robinet), tel est donc le résultat de la dernière analyse d’eau (dont nous avons eu connaissance) pour un prélèvement au chef-lieu de la commune d’Albiez le Jeune. La norme française est de... 0. La présence de ces bactéries est révélatrice d’une pollution (cf. infra). La commune a-t-elle reçu une alerte à la suite de l'édition de ces résultats par le laboratoire ? L’ARS est-elle informée de la situation ? Quelles suites les responsables communaux donnent-ils à cette pollution ? De nouvelles analyses ont-elles été effectuées ? Il n’est pas dit que la récente période de pluies relativement abondantes ait amélioré la situation, bien au contraire. Comment le savoir ? Faut-il attendre un « accident » ? Quelle est l’efficacité du nouveau système de traitement de l’eau par les UV ? Faut-il, une nouvelle fois, aller à une pêche aux informations souvent évasives sur un sujet aussi important ? Les élus ne pourraient-ils pas aller au devant de la population pour délivrer informations et explications par les différents moyens de communication potentiellement disponibles, tels que les points d’affichage dans les hameaux, des bulletins municipaux, un site Web (?), des réunions publiques... ?
Comments

Bu... colique

Un lecteur du blog MonAlbiez, que je remercie vivement, attire mon attention sur un intéressant article de presse publié aujourd’hui : De l’eau polluée par la bactérie E. Coli.

Il me fait en outre remarquer que l’attitude de nos « responsables » locaux n’est pas tout à fait la même lorsque la commune délivre à ses habitants de l’eau de consommation humaine non conforme... Pour ma part je n’ai pris connaissance de ces mauvais résultats d’analyses (cf. infra) qu’il y a quelques instants, en me rendant à l’affichage officiel après avoir reçu l’email à ce sujet, pour constater qu’ils sont effectivement perdus au milieu d’autres analyses anciennes.

Je serais tenté d’ironiser une nouvelle fois... « Albiens permanents, secondaires et vacanciers ©, dormez tranquilles, des spécialistes de l’eau de consommation humaine veillent sur vous. »

Mais en fait je suis plutôt porté à dénoncer de la manière la plus vigoureuse, une nouvelle fois, ce scandale constitué par l’absence totale d’information institutionnelle autre que les rares documents lapidaires à l’affichage officiel de la mairie, et cela dans tous les domaines depuis plus de trois ans, absence qui est particulièrement honteuse en matière sanitaire, comme par exemple dans le domaine de l’eau « potable ».

On peut légitimement se demander si les personnes qui font partie des cercles de connaissances des élus sont informées de la situation, elles...

P7211227
Comments

Allumettes


L'établissement des périmètres de protection
des captages d'eau potable prend du retard

Comments

La photo du jour


Veuillez cliquer sur la photo pour une version plus grande.

Comments

Bientôt une "journée portes ouvertes" ?

Apparemment, d’après ce qui a été dit hier par un conseiller municipal (hors séance officielle), la commune envisagerait d’organiser une journée portes ouvertes sur les questions de l’eau. Dans le néant quasi-absolu en matière de communication communale officielle depuis plus de deux ans, voilà une très bonne idée ! Espérons qu’elle se concrétisera.

Comments

Qualité des eaux de consommation humaine

Ça n’a pas toujours été très folichon à Albiez le Jeune. À consulter ici et .

Et toujours pas d’information à la population sur la gestion de l’eau et notamment sur les travaux effectués dans une période récente au réservoir principal... En particulier le nouveau système de traitement est-il opérationnel ? Quel est-il d’ailleurs ? De quoi alimenter un petit bulletin municipal Mesdames et Messieurs les élus, avec quelques autres sujets que l’on ne trouve pas abordés sur ce fer de lance de la communication communale que constituent les panneaux d’affichage répartis dans les hameaux.
Comments

De l'information sur la qualité de l'eau

Merci ! On peut de nouveau consulter des informations relatives à la qualité de l’eau de consommation humaine (analyses de juin dernier) à l’affichage officiel de la mairie alors que jusqu’à cette semaine les dernières analyses affichées remontaient à septembre 2008. Pourtant...

Décret n°94-841 du 26 septembre 1994 relatif aux conditions d'information sur la qualité de l'eau distribuée en vue de la consommation humaine

« Sauf en cas de situation d'urgence où toutes les mesures sont prises pour informer les usagers dans les meilleurs délais possibles par des moyens adaptés, le maire affiche en mairie, dans les deux jours ouvrés suivant la date de leur réception, l'ensemble des documents que lui transmet le préfet sur les données relatives à la qualité de l'eau distribuée ou seulement la synthèse commentée permettant une bonne compréhension des données. Ces documents restent affichés jusqu'à ce que de nouveaux documents soient disponibles. »
Comments